Catégories
livre Réflexion

Qu'est ce que vous faites ces 50 prochaines années ?

Je ne sais pas si cela est conscient ou pas, mais, de par mes lectures, il semblerait que je me pose beaucoup de question sur l’avenir….

En effet, je viens de terminer l’ouvrage de Jacques Attali : Une brève histoire de l’avenir.

Dans cet ouvrage, Jacques Attali inspecte le passé pour y trouver des fils conducteurs de l’histoire, puis les prolonge afin de prédire l’avenir des ces 50 prochaines années. Il extrait en particulier trois tendances dont il prédit qu’elles vont s’amplifier : le marché, la guerre, la démocratie. Il décris alors comment et pourquoi, et ce qu’il nous montre n’est pas très optimiste, en tout cas en ce qui concerne les deux premiers….

En commençant cet ouvrage, je me suis dit qu’il est très difficile de prévoir l’avenir, d’autant plus qu’il faut penser à énormément de paramètres différents et quasi-aléatoires. La méthode utilisé ici est en faite assez pratique, elle se contente uniquement de rechercher les grandes lignes et de les prolongés ce qui est finalement très scientifique. Cependant l’extraction de ces lignes est déjà difficile ! Comment ne rien oublier ? Comment prendre en compte les bon paramètres, les bon événements de l’histoire ?

Finalement le message de Jacques Attali est assez convainquant, surtout quand il annonce le pire ! Cela lui donne d’autant plus de force et devrait nous inciter à travailler pour le meilleurs en mettant de côté nos individualismes.

Vous pouvez retrouver une partie de son message dans l’émission de Public Sénat : Conversation d’avenirs.

Catégories
livre Réflexion

Le Futur manquerait-il d’Avenir ?

Je finis aujourd’hui un livre de Lawrence Lessig, un juriste américain qui est le créateur des licences Creative Commons. Ce livre, écris en 2001, s’intitule : « L’Avenir des idées ».

Lawrence Lessig commence par rappeller les idées fondatrices

  • du copyright, au seins de la constitution des Etats Unis qui prone un équilibre visant à favoriser l’inovation. Equilibre entre liberté d’utilisation favorisant l’innovation et droit exclusif à son auteur incitant la créativité ;
  • de l’internet et du protocole TCP/IP qui dans sa conception même empêche une réglementation ou un contrôle de l’usage de l’Internet laissant une liberté complète de son usage à ses utilisateurs et non à ceux qui en ont la charge.
  • de la différence entre bien rivaux et non rivaux en citant Jefferson :

Qui reçoit une idée de moi reçoit du savoir sans que mon savoir en soit diminué ; de même, qui allume sa bougie à la mienne reçoit de la lumière sans me plonger dasn l’obscurité.

Ainsi, il dénonce les problèmes liés à la prolongation de la durée du copyright qui est un frein à l’innovation dans le sens ou il n’est pas possible de travailler et d’utiliser une oeuvre protégé sans pour autant inciter les auteurs à créer plus dans la mesure où ils sont parfois déjà mort.

Il montre aussi l’absurdité des brevets logiciel dont même Bill Gates dit qu’ils conduisent à « un état de complet immobilisme ».

Lawrence Lessig commente également les différents procés est problèmes actuels (comme l’affaire Napster) et montre que la tentative de contrôle exercé les bénéficiaires des anciens systèmes et notamment Holywood. Il montre d’ailleurs que c’est une réaction naturelle de la part de ce qui bénéficient d’avantage qu’ils risquent de perdre au profit du nouveau.

Lawrence Lessig est très pessimiste face à cette actualité pour l’avenir de idées. Sept ans après je ne peux que constater qu’il avait raison sur bien des points !

Enfin il propose des solutions pour rééquilibrer le copyright et les brevets ainsi que des recommandations pour conserver l’internet non réglementé.

En ligne, ou sur papier : L’avenir des idées : Le sort des biens communs à l’heure des réseaux numériques

Catégories
livre Réflexion

Toute une Organisation

Je viens de finir la lecture d’un ouvrage fort intéressant : « Getting Things Done » de David Allen.

Ce livre décris des méthodes d’organisation afin de devenir plus productif dans son travail ou tout simplement plus efficace dans ses activités de tous les jours.

Le principe élémentaire donnée par David Allen est de se faire une image de se que l’on cherche à obtenir, de notre but, pour ensuite revenir progressivement à la « prochaine action » à faire. Cette « prochaine action » et le noyaux de la méthode, en effet le plus souvent elle n’est pas défini.

D’une manière plus générale, il évoque des méthodes d’organisation. Il suggère de collecter par écris tout informations, idées… pour ensuite les traiter, les organiser, les revoir, et finalement les faire. Que faire de toutes ses « choses » ? les jeter si elles sont inutiles, les classer s’il une éventuelle relecture doit être faite, en déterminer la « prochaine action », la faire si cela prend moins de 2 minutes, la déléguer, la reporter sur une liste d’action à faire ou sur un calendrier si l’action est lié à une date particulière. Finalement, tout avoir écris permet d’avoir l’esprit libre.

David Allen donne également quelques outils comme :
-> faire des listes d' »action à faire » trié par types (en déplacement, à la maison, devant l’ordinateur, devant le téléphone…)
-> faire des listes de choses importantes (domaines de responsabilité, check list…)
-> chercher les idées par écris en notant les mauvaise idée aussi bien que les bonnes (pour avoir des bonnes idée, il faut déjà avoir des idées)

Il suggère aussi d’avoir un espace de travail pratique et attractif.

Vous pouvez trouver d’autres informations à propos ce livre sur le site de Wikipédia : Getting Things Done

Je le recommande vivement à toutes les personnes qui se sentent parfois dépassé par les événements et qui n’arrivent pas à sortir la tête de l’eau.

S’organiser pour réussir : Getting Things Done

Bonne lecture !