Catégories
Réflexion Technologie

Un problème de distribution

Le métier des artistes et de créer des œuvres. Ces œuvres sont appelées à rencontrer un public. Il faut donc que ces oeuvres soient distribué au grand public et pour ça, des entreprises de distributions ont vus le jour.

Leur travail est le suivant :

  • Acquérir des droits suffisant sur les œuvres : négocier avec les artistes pour leur apporter les services suivant en toutes légalité sans les déposséder de leurs œuvres.
  • Reproduire les œuvres sur divers supports : imprimer les livres, presser les CD et DVD, reproduire les films de cinéma…
  • Fournir ces supports à la grande distributions (disquaires et autre magasins) : assurer le transport des objet physique sus-cité.
  • Promouvoir ces œuvres sur les média pour que celles ci soient bien vendu.

Ainsi en faisant ce métier difficile, ces entreprises gagne leur argent, pour partie mérité.

La dessus le numérique l’Internet sont arrivés !

montagne zébré
montagne zébré

Le numérique tout d’abord permet de réduire considérablement les coût de reproductions des œuvres tout en garantissant une qualité sans perte.

L’Internet ensuite permet de réduire les coûts de transport d’une part et de promouvoir les œuvres en tant que média d’autre part.

Si vous regardez bien, il ne manque plus que l’aspect légal à ne pas suivre cette révolution… et cela est résolu grâce à Lawrence Lessig et la création des Licences Creatives Commons. qui donnent la possibilité aux artistes de défendre leurs droits en toute simplicité.

Voilà, la boucle est bouclé et un acteur s’est fait sortir s’en même s’en rendre compte, s’en même avoir fait une erreur stratégique, sans même avoir été victime de la volonté d’une personnes ou d’un groupe de personnes. Exactement de la même manière que les moine copiste ont disparut après l’invention de l’imprimerie.

Mais ne croyez pas que tout est fini pour autant, ce n’est pas parceque la distribution des rôles à changé qu’il n’y a plus rien à faire ! Il y a d’autre métier à inventer, des métiers facilitant la vie des artistes tout en étant plus respectueux de leur droits et volontés : airtist, in libro veritas

C’est le moment ou jamais d’amorcer le virage impulsé par l’Internet.

Mais pour que cela ce fasse, il faut que chacun y mette du sien et prenne ses responsabilités :

  • Que les artistes annoncent clairement les conditions d’utilisation de leurs œuvres, le cas échéant qu’ils en assurent la vente.
  • Que les « maisons de disques » se cherchent un nouveau métier.
  • Que le public cesse de pirater, c’est à dire d’acquérir illégalement les œuvres à diffusion restreinte.

Par Nathanaël Martel

Développeur Web, défenseur de la culture libre et du revenu de base