Catégories
Réflexion

du contrôle total de ma vie publique

Je vous parlais récemment du moyen de contrôler sa vie public sur Internet avec une première règle : Avoir une vitrine publique officiel (site, blogue) permet de défendre son image. Je vais ici continuer en vous mettant en garde d’étaler votre vie trop rapidement.

Toute votre vie numérique est (potentiellement) publique. En partant de ce principe vous éviterez quelques déconvenues car : toutes relations publique impose un minimum de savoir vivre.

Le numérique est quelque chose de formidable, il peut être dupliquer et transporter à frais réduits. Si cela permet de grande choses à commencer par la diffusion du savoir et de la culture, ça possède de gros inconvénient : vous pouvez perdre très vite le contrôle de vos données. Un mail peut être transféré, une photo copié…

Certain me dirons que, sur facebook par exemple, ils peuvent choisir à qui ils laissent l’accès à leurs données. Ne vous y trompez pas : le miracle du numérique joue contre vous et vos données peuvent être dupliqué et diffusé tellement simplement !

En faites il est plus sage de considérer que toutes données numériques peut se retrouver publique sans que vous vous en rendiez compte. Publique ça veut dire consultable par vos amis, votre famille, vos voisins, votre chef, votre patron, vos collègues, vos subalternes, vos clients, vos fournisseurs… bref tout pleins de gens que vous connaissez et avec qui vous échangez probablement. Oui mais aussi avec d’autre que vous ne connaissez pas comme vos futur amis, vos futur voisins, futur collègues… (reprenez la liste précédente avec le mot « futur »).

Vous commencez à saisir le problème ? Le titre de cet article est donc totalement illusoire : il est tout à fait impossible d’avoir le contrôle total de sa vie numérique. Que faire alors ? Comme dans la vraie vie : communiquez en utilisant un minimum de règles de savoir vivre.

Par Nathanaël Martel

Développeur Web, défenseur de la culture libre et du revenu de base

2 réponses sur « du contrôle total de ma vie publique »

Bien entendu, il ne s’agit pas de se cacher derrière des protections « logicielles » et de se laisser aller à dire/ecrire/montrer sur le net des choses que l’on assumerait pas…
Dans tous les cas, quelles que soient les protections mises en place, il ne faut jamais rien publier qui pourrait nous porter préjudice un jour !

Les commentaires sont fermés.