Catégories
Technologie

L'informatique dans les nuages

l1010187.jpg
nuage

Il y a quelques temps Richard Stallman s’exprimait violement contre cette forme d’informatique. Mais qu’en est-il exactement ? Je vous propose un rapide tour d’horizon pour en identifier les avantages et les défauts.

Dabord, qu’est ce que c’est ?
Grisso modo, ce sont des logiciels fonctionants sur Internet, comme par exemple : gmail, google doc, flickr, google calendar…

Intérêts :
1. Vous ne vous souciez plus du logiciel, il est toujours à jour.
2. Le logiciel ( et vos données ) sont accessible en tout point quelques soit votre machine. Par exemple je peux ecrire ce billet dans le train sur mon iPhone.
3. En particulier vous n’êtes plus dépendant de votre matériel qui peut casser ou être volé sans que vous perdiez toutes vos données.
4. L’Internet permet des interconections évidentes, source de fonctionalités nouvelles : partage, collaboration…

Le revert de la médaille, c’est les danger qu’il entraîne :
1. Vous perdez une partie du control de vos données, sous entendu que vous ne pourrez pas forcément récupérer vos données pour les utiliser ailleurs et autrement. Vous perdez votre liberté.
2. Vous confiez vos données à une entité extérieur qui pourait en abuser !
3. Vous êtes dépendant d’Internet.

Conclusion : quand l’utiliser ?
1. Quand vous voulez partager ou collaborer : il est plus simple de partager ses photos sur picasaweb que de les envoyer par mail, de même il est plus pratique d’utiliser un wiki que de se renvoyer par mail un document Word.
2. Quand vous pouvez assurer la sécurité et l’authenticité de vos données. Typiquement, en entreprise, le service Informatique peut gérer ces solutions et assurer qu’elles ne peuvent pas être atteinte par un tiers extérieur.
3. Quand vous voulez sauvegarder vos données et y accéder depuis n’importe où.

Pour en savoir plus, allez jetter un coup d’oeuil sur la page dédidé de wikipédia qui, au passage, est une application du « nuage ».

Par Nathanaël Martel

Développeur Web, défenseur de la culture libre et du revenu de base