lecture de la semaine

Le plein de pr0n Ou la démonstration par l’exemple qu’il ne faut pas juger trop vite les gens et encore moins les condamner. Constat, également, que l’informatique nous dépasse.

HTML5 n’a pas besoin d’être meilleur. Au delà de HTML, la démonstration peut s’appliquer à plein d’autres choses qui sont d’ailleurs prises en exemple. J’en viens à me demander si on ne cherche pas, trop souvent, à essayer de savoir «celui qui pisse le plus loin».

Les goûts et les couleurs Très intéressante conférence de Paris Web sur les couleurs et leur signification. Je me demande s’il confond les causes et les conséquences quand il dit «le rouge symbole de vitesse donc les Ferrari sont rouges», moi je pense : «nous sommes habitués à voir des Ferrari rouges donc cette couleur est associée à la vitesse». Le danger, c’est de s’enfermer dans sa bulle alors «oui» nous pouvons et nous devons transgresser les codes.

 

Le partage, c’est bien !

Richard Stallman : la technologie devrait nous aider à partager, pas limiter l’usage ! Richard Stallman s’interroge sur le fait que le partage soit devenu tabou et qu’il soit de plus en plus gêné voir prohibé.

Le partage est une bonne chose, et avec les technologies numériques, partager est facile. Partager doit donc être légal. Richard Stallman

Le logiciel de téléphonie mobile qui défie le contrôle des États. un réseau mobile mesh… la fin des opérateurs téléphoniques ?

pourrait aisément créer des réseaux denses et efficaces, échappant à tout contrôle, commercial ou administratif

Les télé-chargeurs ont-ils le même coiffeur ?

Pourquoi le droit d’auteur n’a aucun sens pour un chercheur

Antennes Wok-boliques et stratégie de l’illégalité encore une initiative pleine d’optimisme : du hacking pur !

Ce soir, je me tiens devant vous, dans un rôle qui tient à la fois du clown et du curé ! Les conseils décalés de Tristan Nitot à une promotion d’école de commerce.

 

La monnaie et Le Revenu de Base

Six choses que vous devriez savoir à propos de la monnaie dans notre système capitaliste Le système monétaire actuel a bien des problèmes, et des solutions existent comme le dividende universel.

 

Mr CaPue nous explique Le Revenu de Base en vidéo 4 minutes : c’est très simple à écouter, assez complet et très explicite avec un langage très cru.
Dans les files d’attente de la CAF : «C’est pas ça, la vie» Toute la misère du pays passe par là, c’est édifiant, effrayant même : Le travail assure de moins en moins l’intégration dans la société.

On travaille, on fait tout ce qu’il faut et on se voit tomber … Et si on ne travaillait plus ?

 

Les français sont-ils favorables à l’instauration du revenu de base inconditionnel ? l’analyse d’une étude de Colibris à la fois optimiste pour le revenu de base et surprenante du point de vue des positions politiques.

 

Présidentielle et croissance économique: sortir du déni ! Le cercle vicieux de notre société de consommation et des pistes pour en sortir.

 

Une petite note d’optimisme dans ce monde de brute «We Love You – Fr – Iran & Israel – HD »

http://www.youtube.com/watch?v=WPxWWMeEWzI&feature=youtu.be

flattr this!

Propriété et Usage

Qu’est-ce qui est plus important : posséder un bien, ou en avoir l’usage ou l’accès ?

D’un point de vue immobilier, nous avons pris l’habitude de considérer que la propriété n’est pas indispensable et que l’on peut rester locataire toute sa vie. Un locataire utilise in logement qui est la propriété de quelqu’un d’autre. Mais quid des logements laissés vides, donc inutilisés ? Inversement, comment assurer un droit au logement, droit qui sous-entend l’accès et non la propriété ?

Ramenons le problème à une autre forme de propriété :  le logiciel. La personne qui le créé en est le propriétaire, les personnes qui s’en servent sont des utilisateurs. La seule chose que Richard Stallman ait faite, est de défendre les droits des utilisateurs en ne touchant quasiment pas aux droits du propriétaire. En fait, celui-ci se retrouve contraint à quelque chose (distribuer le code source) uniquement pour défendre les droits de l’utilisateur.

Nous avons pris l’habitude de définir la liberté par ses limites : «La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui». De la même façon, la propriété privée a ses limites. L’une d’elle, est de dire :

«lorsque quelqu’un s’approprie un objet, il doit en rester suffisamment et en qualité aussi bonne, en commun pour les autres» clause lockéenne

En clair, on ne prend pas le dernier biscuit apéritif du plat.

En matière d’immobilier, la crise actuelle est due, en partie, à la non utilisation de logements/bureaux laissés vides. Si on essaie d’extrapoler la clause lockéenne, on se rend compte que les logements inutilisés nuisent à ceux qui en manquent, à ceux qui sont mal logés…

Il n’est pas malhonnête d’occuper un logement vide. Une cour de justice espagnole l’a affirmé en laissant des squatteurs s’installer dans un immeuble vide appartenant à une banque.

D’une manière plus générale (au delà de l’immobilier), il serait bon de renforcer les droits des utilisateurs, quitte à poser quelques contraintes aux propriétaires, comme le logiciel libre l’a fait.

flattr this!

les philosophes du nouveau monde

Nous nous souvenons tous de nos livres d’Histoire et les noms des personnes qui ont changé notre monde pour nous faire sortir du Moyen Age. Ceux que je retiens avant tout, ce sont ceux qui ont développé des idées ou qui ont contribué à les diffuser. Je pense à Rousseau, Diderot, mais aussi à Gutenberg où à Luther sans oublier les pères fondateurs et il y en aurait tant d’autres… Ils n’étaient pas parfaits, mais ont tout de même contribué à améliorer notre manière de vivre et notre façon de voir les choses.

Aujourd’hui le monde continue d’évoluer, la lecture de framablog (merci à Alexis Kaufmann) nous le rappelle jour après jour : « Le logiciel libre peut redonner sens à nos vies » Bernard Stiegler, Censure du Net et DRM ne seront jamais la solution répond ESR à Hollywood, Regarde le capitalisme tomber à l’ère de la production Open Source, Blackout de la Wikipédia en anglais pour protester contre SOPA le 18 janvier 2012, Cinglante et prémonitoire citation de David Bowie sur l’avenir de l’industrie musicale… Mais d’où nous viennent ces idées nouvelles ?

«L’imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d’écrire » Benjamin Bayart.

Nous avions mémorisé le nom de Gutenberg, pourtant, ceux qui ont bâti Internet sont passés aux oubliettes : Bob Taylor, Lawrence G. Roberts, Vint Cerf, Bob Kahn, Tim Berners-Lee… ceux-là sont rentrés dans la légende.

Je me demande si Martin Luther King n’a pas sa place ici, comme l’homme pointant du doigt un système et non un individu isolé, de la même manière qu’internet met l’intelligence sur la périphérie.

Mais Internet ne fonctionnera pas sans logiciel, celui-ci était d’abord partagé librement avant que des intérêts économiques ne viennent monnayer ces échanges. Cela ne plut pas à Richard Stallman qui, en fondant le logiciel libre, théorisa le partage du logiciel et la liberté d’usage. Bien sûr ils sont suivis par beaucoup de monde : Eric Raymond auteur de «La Cathédrale et le Bazar», Linus Torvalds que l’on ne présente plus, Eben Moglen, Loyd Blankenship auteur du «Manifeste du hacker», Tristan Nitot…

Fort de ce travail sur la propriété et l’usage, Lawrence Lessig, décrit les limites du droit d’auteur et met en place les « creatives commons » : la culture libre est née.

Ensuite la porte était ouverte pour Jimmy Wales qui se lance dans le partage massif du savoir en lançant wikipédia. C’est le plein essor du P2P, mais pas de nom à retenir si ce n’est des noms de protocole : napster, Bittorrent…

Vint Cerf, Richard Stallman, Tim Berners-Lee, John Perry Barlow, Eric Raymond, Jimmy Wales, Linus Torvalds, Lawrence Lessig (source: wikipedia)

Vint Cerf, Richard Stallman, Tim Berners-Lee, John Perry Barlow, Eric Raymond, Jimmy Wales, Linus Torvalds, Lawrence Lessig (source: wikipedia)

C’est là que la guerre a éclaté. Les industries du cinéma et de la musique se sont senties attaquées et ont réagi : la neutralité du net a été mise à mal. Le mouvement s’est durci : la quadrature du net avec Philippe Aigrain, Jérémie Zimmermann, l’april (Frédéric Couchet), fdn (fournisseur d’accès Internet associatif) avec Benjamin Bayart, Electronic Frontier Foundation avec John Perry Barlow auteur de «Déclaration d’indépendance du cyberespace», le parti pirate avec Rickard Falkvinge et bien d’autres vont politiser le mouvement.

Dans cette guerre de l’information, on n’oubliera pas l’épisode WikiLeaks avec Julian Assange dont le site se voit censuré. La réaction du mouvement se conjugue différemment selon les fronts : Anonymous, révolution arabes (Slim Amamou), indignés (Stéphane Hessel), 99%…

Par ailleurs les idées se sont étendues à d’autres secteurs :

Voici par exemple ce que j’ai rapidement trouvé sur la Wikipédia anglophone (prendre une grande respiration) : Open Source Hardware, Open Format, Open Standard, Open Data, Open Access, Open Content, Open Education, Open Educational Resources, Open Textbooks, Open Source Governance, Open Source Political Campaign, Open Design, Open Source Car, un très étonnant Open Source Religion, Open Cola et, le meilleur pour la fin, Open Source Beer !

source : Open Source Ecology ou la communauté Amish 2.0

Tout cela n’est que le début de l’histoire du changement d’ère, le passage vers une société du partage et de la liberté.

Alexis Kaufmann, Frédéric Couchet, Benjamin Bayart, Tristan Nitot  (source: wikipedia)

Alexis Kaufmann, Frédéric Couchet, Benjamin Bayart, Tristan Nitot (source: wikipedia)

 

flattr this!