le modèle Mozilla :

Voici quelques extrait d’un article très intéressant de jy[b]log

Quand vous proposez un patch, il ne sera intégré que lorsqu’il y aura eu l’approbation d’au moins deux développeurs : un reviewer et un super-reviewer. Et cela concerne les patchs de n’importe quel contributeur, que ce soit un contributeur lambda occasionnel, ou que ce soit l’un des « core-developer » qui connait le coeur de Gecko sur le bout des doigts. Personne n’y échappe.

Je vois au moins trois avantages à ce système :

1. Le premier point que l’on peut noter, c’est que ça oblige un contributeur à faire preuve d’une certaine humilité. (…)
2. Le deuxième point, c’est que cela garantie une certaine robustesse (…).
3. Enfin le code reste toujours lisible, compréhensible grâce au respect du coding style.

J’aimerais pouvoir de temps en temps travailler de la sorte, mais je n’ai même pas le temps de vérifier le code de mes stagiaires….

flattr this!